Jeudi 30 mars 2017 — Dernier ajout jeudi 6 avril 2017

À la rencontre d’un enfant juif caché et sauvé à Don Bosco durant la Seconde Guerre

Le vendredi 24 Mars, les élèves de 1 MATP ont eu la chance d’échanger avec Juan FREUND, un des derniers témoins de l’Histoire locale de la Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre du projet « Mémoire et citoyenneté » mené tout au long de l’année, les 1 MATP ont contacté un des enfants juifs cachés et sauvés à Don Bosco : Juan Freund vivant actuellement en Argentine. Celui-ci ainsi que ses enfants ont accepté de raconter son histoire et de répondre à quelques questions lors d’une visio-conférence organisée dans l’établissement.

Teo Freund devant la plaque de l'église Notre Dame Auxiliatrice
Teo Freund devant la plaque de l’église Notre Dame Auxiliatrice

Tout commence par la visite du petit fils de Juan, Teo. En voyage en Europe, celui-ci en profite pour faire un détour à Nice et venir sur les traces du lieu de cache de son grand-père à Don Bosco. Les élèves en profitent pour lui poser quelques questions et préparer ainsi leur échange à venir avec Juan. info document - JPEG - 2.1 Mo Une semaine plus tard, lors de la visio-conférence, Juan revient sur l’histoire de sa fuite de l’Allemagne nazie en 1938 vers la Pologne, la Belgique, puis la France. Accompagné de sa mère, il arrive d’abord à Cannes où il est caché quelque temps par deux sœurs juives. Enfin, il sera confié à « Monsieur Marcel » (Moussa Abadi), responsable d’un réseau clandestin à Nice qui cacha et sauva 527 enfants juifs. Grâce à de faux papiers et un faux certificat de baptême, il sera placé à Don Bosco sous la responsabilité du Père Blain (reconnu Juste parmi les Nations). Sa mère viendra le récupérer peu avant la descente de la Gestapo dans l’école. Après la guerre, ils fuiront vers l’Argentine, à Buenos Aires où Juan fondera une famille. Quant à son père, il fut déporté et assassiné à Auschwitz.

Visio-conférence avec Juan Freund et sa famille depuis Buenos Aires en Argentine - JPEG - 6 Mo
Visio-conférence avec Juan Freund et sa famille depuis Buenos Aires en Argentine

Les élèves ainsi que la famille de Juan Freund ont été très touchés par cet échange. Les élèves ont pu leur poser des questions afin de lever le voile sur certaines zones d’ombre de ce passé. Ils ont pu également le questionner sur sa vie d’après-guerre, notamment sur sa passion qui est le théâtre. Sans le savoir, Juan partageait la même passion que l’homme à l’origine de son sauvetage, Moussa Abadi. Juan Freund a d’ailleurs écrit deux pièces relatant les événements douloureux de son enfance. Nous espérons que le projet pourra être prolongé dans les années à venir… Pourquoi pas avec la section théâtre de l’établissement… ?

Pères Siméoni et Blain
Pères Siméoni et Blain