Vendredi 2 décembre 2011

Don Bosco

… un mot du soir de Don Bosco à ses jeunes

Plus vite… plus loin… plus haut…

Jean Bosco a 17 ans… il est élève au collège de Chieri, le gros bourg le plus proche des Becchi, son hameau natal…

Avec des jeunes de son âge, il a fondé un groupe, « la société de la joie »…
Les moments de loisirs sont bien occupés…on joue aux palets, aux échasses…

Les courses et les sauts cèdent la place aux tours de passe-passe… une spécialité de Jean…

Mais un dimanche, au moment de l’ office, un saltimbanque installé sur la place défie les jeunes de la cité à la course et au saut…

C’est Jean qui relève le défi…

Don Bosco en haut de l'arbre

D’ abord la course… l’ athlète est un sprinter et prend un peu d’ avance, mais il doit vite abandonner, car Jean est un coureur de demi-fond…il a du souffle…

Puis le saut de la rivière…là encore, Jean fait mieux que son adversaire : comme lui, il se retrouve sur l’ autre rive, au pied d’un muret de pierres, mais de ses mains, il prend appui sur le muret et prolonge son saut par un bond acrobatique.

Vient le tour de la baguette magique… c’est un jeu pour Jean de la faire virevolter sur la paume, les doigts, le coude, le menton, le nez et le front…aller et retour impeccable… tandis qu’elle trébuche sur le nez du saltimbanque.

Pour sauver son honneur, celui-ci propose de monter dans un arbre… pas possible pour Jean de monter plus haut que la dernière branche !!!

Mais si… il suffit d’une astuce… il fait l’ arbre droit sur la dernière branche et dépasse ainsi d’ un bon mètre son concurrent.

L’affaire se terminera dans une auberge… c’est le saltimbanque qui paye un bon repas à toute la société de la joie…et il promet d’ aller exercer ses talents un peu plus loin.

Une adolescence difficile

La vie devient de plus en plus difficile dans la petite ferme des Becchi.
Antoine, l’aîné, va avoir 20 ans…pour lui, une seule chose compte : le travail à la ferme.

Jean, lui, a 12 ans …sa passion, c’est la lecture.

Les occasions de bagarre entre Antoine et Jean se multiplient…et, bien sûr, c’est Antoine qui a le dessus.

Pour protéger le plus jeune, Maman Marguerite prend une décision difficile :
« Mon petit Jean… il vaut mieux que tu quittes la maison… va dans les fermes voisines… essaie de trouver du travail ».

Après plusieurs essais infructueux…on n’ embauche pas en plein hiver…Jean frappe à la porte des Moglia…même réponse…

Don Bosco adolescent

Jean n’en peut plus : il se met à pleurer…

« C’est Thérèse, une fille de 15 ans, qui a insisté pour qu’on me garde. Sans elle, j’aurais pu devenir un sans-famille, un sans-abri… C’est une fille de 15 ans qui m’a tiré du désespoir ».

Jean passera un peu plus de 2 ans dans cette famille d’accueil… il surprendra tout le monde par la qualité de son travail, par son amour de la lecture, par sa piété toute simple et par ses qualités précoces d’ animateur de loisirs.

Mais plus tard, devenu prêtre, il racontera à ses jeunes ce qu’une fille de 15 ans a fait pour lui elle lui a sauvé la vie.

J’avais 9 ans… j’ai fait un rêve…

J’avais 9 ans… j’ai fait un rêve…

Sur un terrain de jeux, ça cognait dur… j’étais plutôt bagarreur…

Un homme s’ approche : « Tu veux en faire tes amis… pas comme ça… par la douceur… ».

Une femme intervient : « Sois fort… mais humble… Regarde bien… voilà ton champ d’ action… ».

Sur le terrain de jeux, une horde de bêtes sauvages se transforme en paisible troupeau.

Un rêve d’ enfant… qui en dit long… sur le bonhomme… et sur son projet d’avenir… un projet inspiré par 2 personnages connus grâce à sa mère, maman Marguerite… un projet inspiré par Jésus et Marie.

Don Bosco inspiré par Jésus et Marie

Texte de référence : Projet Éducatif Pastorale Salésien.

Les Salésiens de Don Bosco.