Jeudi 19 mars 2015

Notre devoir de mémoire

Le Conseil Général des Alpes Maritimes a offert, cette année encore, l’opportunité à nos élèves de troisième de construire leur devoir de mémoire en se rendant sur le site des camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. De nombreux élèves ont souhaité participer à ce Voyage de la Mémoire, mais seuls seize ont été sélectionnés par la qualité de leurs lettres de motivation.
Accompagnés de Mesdames Labarthe et Boissady, enseignantes d’histoire, chacun a pu réaliser l’horreur du régime nazi, et, loin des manuels scolaires, se rendre compte de la dimension humaine de ce génocide.

Les visages sont fermés face à l'horreur.
Les visages sont fermés face à l’horreur.

« Le Conseil Général des Alpes Maritimes a offert, cette année encore, l’opportunité à nos élèves de troisième de construire leur devoir de mémoire en se rendant sur le site des camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. De nombreux élèves ont souhaité participer à ce Voyage de la Mémoire, mais seuls seize ont été sélectionnés par la qualité de leurs lettres de motivation.
Accompagnés de Mesdames Labarthe et Boissady, enseignantes d’histoire, chacun a pu réaliser l’horreur du régime nazi, et, loin des manuels scolaires, se rendre compte de la dimension humaine de ce génocide.

"10 Février, après 2h30 de vol et 1h30 de bus, l’entrée du camp de concentration de Birkenau se précise pour plus de 280 collégiens azuréens. Plus on se rapproche de l’entrée et plus l’atmosphère est lourde ; une fois devant l’entrée tous les groupes se voient assigner un(e) guide. C’est alors qu’on mesure l’immensité du camp, sur plusieurs hectares on aperçoit des baraquements et les anciennes cheminées d’autres baraquements détruits, comme des stèles dans un cimetière. Nous avançons pas à pas en écoutant les informations que nous donne notre guide, puis au bout d’un moment nous sommes rentrés dans le bloc d’admission et à la dernière pièce de ce bâtiment nous vîmes des photographies d’enfants et de parents qui ont étés tués en ces lieux. L’émotion nous submerge et certains sont au bord des larmes. S’ensuit une cérémonie de mémoire qui se déroule aux pieds du monument du souvenir et après un déjeuner, pour beaucoup mince, nous partons à Auschwitz.

La tristement célèbre plaque surmontant le portail d’entrée nous accueille.
Vient alors l’un des moments les plus durs : entassement de tonnes de cheveux, lunettes, chaussures, brosses à cheveux ayant appartenu aux détenus. Enfin vient le bloc 11, celui des condamnés à mort, les explications s’enchainent et l’émotion est toujours grandissante, alors déjà bien éprouvés par la visite on nous emmène dans les chambres à gaz et le four crématoire. Notre horreur était sans doute bien visible sur nos visages. La visite se termine enfin et nous reprenons les cars avec un certain soulagement. Le temps du trajet permet à tous de faire le point. La fameuse question « pourquoi ? » torture mon esprit et je n’y trouve aucune réponse. Physiquement et moralement épuisés nous rentrons enfin en France. Vincent élève de 3°.
 »

Nous remercions le Conseil Général des Alpes Maritimes d’avoir à nouveau permis à nos jeunes de participer à notre devoir de mémoire.

Voir en ligne : Revue de presse des voyages de la mémoire.

DSC04692 DSC04657 DSC04644 DSC 0314