Samedi 21 novembre 2015

Ouverture des Portes Saintes dans notre diocèse

Le commencement d’une Année jubilaire est toujours solennellement marqué par l’ouverture d’une Porte sainte par le pape en la Basilique Saint-Pierre au Vatican. Mais, en ce Jubilé de la Miséricorde, le Pape François a souhaité que, dans chaque diocèse, une porte sainte permette à chacun, à travers le monde, de faire une démarche jubilaire. En passant par la Porte sainte, le pèlerin se met à la suite de Jésus qui a dit : « Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé » (Jean 10, 9). La Porte sainte rappelle la responsabilité qu’a tout croyant d’en franchir le seuil : c’est une décision qui suppose la liberté de choisir le Christ et en même temps le courage d’abandonner le péché, de laisser derrière soi ce qui conduit au mal. Passer cette porte signifie vouloir suivre Jésus-Christ pour vivre la vie nouvelle qu’il nous a donnée.

Mgr André Marceau, Évêque de Nice, a choisi quatre lieux jubilaires dans notre diocèse : la cathédrale Sainte Réparate (Nice), le sanctuaire Notre-Dame de Laghet (La Trinité), le sanctuaire Notre-Dame de Valcluse (Auribeau-sur-siagne) et le monastère de Cimiez (Nice).

Le Jubilé est un temps favorable pour l’Église pour qu’elle puisse contempler le mystère de la miséricorde, source de joie et de paix. La miséricorde est l’acte ultime par lequel Dieu vient à notre rencontre. Elle est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de son péché.

Le pèlerinage est un signe particulier de l’Année Sainte : il est l’image du chemin que chacun parcourt au long de son existence. Il est l’occasion de passer la Porte Sainte pour nous mettre à la suite de Jésus Christ, de recevoir le sacrement du pardon pour vivre en homme libre, et de pratiquer la miséricorde en actes pour vivre mieux selon l’Évangile. À l’invitation du Pape François, « laissons-nous surprendre par Dieu. Il ne se lasse jamais d’ouvrir la porte de son cœur pour répéter qu’il nous aime et qu’il veut partager sa vie avec nous ».